Séance du 24 février : Anouk Bottero, “‘Moon Change’: Night Scenes and the Collision of the Personal and the Political in Tony Kushner’s Caroline or Change (2004)”

Lors de la séance du 24 février, Anouk Bottero nous a parlé de la nuit dans la comédie musicale Caroline or Change de Tony Kushner et Jeanine Tesori (2004). Anouk Bottero prépare actuellement une thèse à Sorbonne Université, intitulée “Le corps féminin dans les comédies musicales américaines, de la fin de l’âge d’or à nos jours” sous la direction d’Élisabeth Angel-Perez.

Voici un abstract de sa communication :

“Moon Change”: Night Scenes and the Collision of the Personal and the Political in Tony Kushner’s Caroline or Change (2004)

Continuer la lecture

Séance du 27 janvier : Maxence Gouleau, “La nuit dans Sleepwalking de Julie Myerson”

Lors de la séance du 27 janvier, Maxence Gouleau nous a parlé de Sleepwalking de Julie Myerson (1994), roman de la pénombre, qui hésite entre jour et nuit, vie et mort, mais aussi roman des possibles – et de leurs limites – qui développe une poétique du seuil constamment en train d’être franchi mais jamais totalement franchi. Un roman qui, en définitive, n’atteint pas la lumière du jour.

Maxence Gouleau prépare actuellement à Sorbonne Université une thèse intitulée “Couvrez ce ventre que je ne saurais voir : la femme enceinte dans le roman britannique contemporain et ultracontemporain » sous la direction de Frédéric Regard.

Séance du 18 novembre : Marianne Hillion, “‘Perhaps it’s time for us to take back the night’ (Arundhati Roy): Traverser la ville indienne la nuit dans la littérature indienne contemporaine”

Lors de la séance du 18 novembre, Marianne Hillion nous a parlé de la nuit dans la littérature indienne contemporaine. Marianne Hillion est doctorante en Études anglophones à Sorbonne Université, où elle prépare actuellement une thèse intitulée “Les géographies imaginaires de la ville dans la littérature indienne anglophone” sous la direction d’Alexis Tadié.

“Perhaps it’s time for us to take back the night” (Arundhati Roy): Traverser la ville indienne la nuit dans la littérature indienne contemporaine”

Midnight’s Children de Salman Rushdie s’ouvre sur la naissance du héros à Bombay à minuit pile le 15 août 1947, temps d’avènement de l’Inde indépendante mais aussi temps de la catastrophe, puisque c’est sous ce signe qu’est placée la naissance de Saleem et le destin de l’Inde postcoloniale. La nuit dans ce roman est donc à la fois le temps de la rupture, de l’éveil, de la chute, mais aussi ce qui lie (télépathiquement) les mille-et-un enfants de minuit, communauté alternative à celle, déjà fissurée, de la nation indienne.

Continuer la lecture

Séance du 13 mai: Nicolas Thibault, “Manipuler le corps politique: conseil et machinations dans le théâtre historique de William Shakespeare”

Si les références aux machines se multiplient au XVIe siècle pour
décrire l’univers réglé par Dieu ou encore le corps humain (l’organique
étant conçu comme une mécanique), elles se font plus rares lorsqu’il
s’agit d’aborder la question politique. Revient cependant, pour désigner
le commonwealth, l’image du corps humain dont l’harmonie entre les
différents membres, au sein d’une stricte hiérarchie, est la condition
sine qua non de la bonne marche du royaume. Continuer la lecture

Séance du 18 mars: Raphaël Rigal, “Nature, technique et science: machine primitiviste et altermodernité des Préraphaélites”

La prochaine séance du séminaire Ovale aura lieu le 18 mars 2019 en salle D224 (Maison de la Recherche – 28, rue Serpente) à 18h. Nous accueillerons Raphaël Rigal, qui nous parlera du rapport à la modernité et aux machines des Préraphaélites. Raphaël Rigal prépare actuellement une thèse de doctorat en littérature britannique à Sorbonne Université, intitulée « Combler la faille: les Préraphaélites et la modernité, 1848-1917 » sous la direction de Pascal Aquien, et est actuellement ATER à l’Université de Tours.

Vous trouverez ci-dessous un abstract de sa présentation du 18 mars.

“Nature, technique et science: machine primitiviste et altermodernité des Préraphaélites”

S’il est souvent considéré comme l’incarnation d’une avant-garde artistique, le mouvement préraphaélite, avec son inspiration médiévale et sa tendance à l’esthétisme et au symbolisme, est rarement associé aux changements sociaux, aux mouvements politiques, à l’industrialisation et aux avancées techniques qui marquent l’Occident du XIXe siècle. Continuer la lecture

CFP / Appel à communications : « La machine dans la littérature et les arts visuels du monde anglophone » JE 28 mai 2019 – Sorbonne

Le laboratoire OVALE, affilié à VALÉ (Sorbonne Université) est très heureux de vous présenter un appel à communications pour une journée d’études autour de « La machine dans la littérature et les arts visuels du monde anglophone » qui aura lieu le 28 mai 2019 à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université (28, rue Serpente 75006). Vous trouverez l’appel à communications ci-dessous. (English version below) Continuer la lecture

Séance du 25 février: Élise Rale, “Les machines de Broadway”

Lors de la séance du 25 février, Élise Rale se concentrera sur le rôle des machines dans l’esthétique théâtrale de Broadway et du théâtre contemporain américain. Élise Rale est doctorante en Études anglophones à Sorbonne Université, où elle prépare actuellement une thèse intitulée « Le théâtre américain commercial: un théâtre conservateur ? Modalités esthétiques et politiques du théâtre de Broadway à travers l’exemple du théâtre des femmes » sous la direction d’Elisabeth Angel-Perez.

“Les machines de Broadway”

Théâtre et machines sont toujours allés de paire, depuis l’antiquité et les premières trappes installées sous la scène. Depuis les machines n’ont cessé de gagner en importance – projecteurs, trappes, machines à fumée, à bulles, à neige, ascenseurs divers, scène tournantes… – et occupent un rôle très important dans la mise en scène, notamment pour dessiner l’espace et cadrer le regard du public. Elles permettent à l’illusion d’être complète et à la représentation d’être spectaculaire. Continuer la lecture

Séance du 28 janvier: Pierre Labrune, “Swift et les machines : entre rhétorique et mécanique, théologie et scatologie”

Lors de cette séance, Pierre Labrune a pris pour point de départ l’ambivalence du positionnement de Jonathan Swift à propos de la modernité et des machines, à la fois sources de fascination et de répulsion. Pierre Labrune est doctorant en Études Anglophones et ATER à l’UFR de Littérature Française et Comparée de Sorbonne Université. Il prépare actuellement une thèse intitulée « Le siècle des jargons : querelles et discours politiques, religieux et esthétiques autour du ‘cant’ dans l’Angleterre géorgienne (1746-1830) » sous la direction d’Alexis Tadié.

“Swift et les machines : entre rhétorique et mécanique, théologie et scatologie”

Du Tale of a Tub, publié anonymement en 1704 – accompagné notamment du Discourse upon the Mechanical Operation of the Spirit – à Gulliver’s Travels, publié, là encore anonymement, en 1726 avec le succès que l’on sait, Jonathan Swift met constamment en scène dans ses fictions et dans ses textes satiriques des machines et des réflexions sur le pouvoir des machines. Dans la dialectique de fascination et de répulsion pour les machines et pour les opérations mécaniques exprimée par Swift tout au long de son œuvre, on peut déceler une véritable ambiguïté vis-à-vis des innovations de la Modernité. Pour le Doyen de la cathédrale Saint-Patrick de Dublin, qui s’oppose ouvertement aux Modernes tant dans les lettres que dans les sciences, la machine est, d’une part, le signe de la présomption et de la corruption humaine, et, d’autre part, le moyen fictif idéal pour faire voler en éclats cette présomption. Aux machines de l’esprit, censées faire de l’Homme un égal des Dieux, s’oppose toujours l’imparfaite et peu ragoûtante machine du corps, qui mange, digère et excrète. Les orateurs dissidents brassent – littéralement – du vent, tandis que les inventions mécaniques semblent toujours avancer vers une dissolution finale réjouissante.

Séance du 17 décembre: Corentin Jégou, “‘Mesmerized by the clock’s metronome’: Historical machinery in Ulysses and Omeros”

La séance du 19 novembre s’est concentrée sur la mécanique textuelle de Ulysses et Omeros comme révélatrice des liens entre sujet et histoire, à travers la présentation de Corentin Jégou, doctorant en Études Anglophones à Sorbonne Université. Il prépare actuellement une thèse intitulée « Le rythme et l’archipel, écritures du sujet chez Joyce et Walcott », sous la direction de Kerry-Jane Wallart.

“‘Mesmerized by the clock’s metronome’: Historical machinery in Ulysses and Omeros” 

With a view to examine how the subject defines and manifests itself in Joyce’s Ulysses and Walcott’s Omeros, I propose to assess the implications of the machine in the text. Joyce’s work bears the imprint of the industrial era, depicting the workings of a rapidly, if superficially, modernising city, saturated with mass-produced commodities. The age of mechanisation redefines the boundaries of life and death, and calls into question the integrity of the self. In Walcott’s mock-epic Omeros, the postcolonial Caribbean provides a testing ground to elaborate new notions of the subject in its relation to history. This enterprise is shaped by the antagonism between mere repetition, on the one hand, and the potential discrepancies afforded by rhythm, on the other. Writing, like history, is caught between those two poles. I will suggest that in both Ulysses and Omeros, the machine – understood in a broad sense – presents a negative mirror to the subject, to help define its own being. But the machine also exemplifies notions of history that are challenged by the writing and the rhythm at work in the texts.

14 mai – la fan fiction s’invite à OVALE! – Atelier collaboratif avec Iris Lafon

«The rather nebulous bounds of good taste »: queering and eroticizing the canon with fanfiction

« This is to confirm our conversation that we do not object [anymore] to fan-written stories involving homosexual characters, as long as they, too, remain non-explicit about sex and within the rather nebulous bounds of good taste. » (extrait d’une des « Open Letters to Star Wars Zine Publishers » envoyées en 1981 par Maureen Garret, conseillère légale pour Lucasfilm)

         Apparue à la fin des années 60 sous la plume des Enterprising Women – autrices et universitaires fans de Star Trek, la fanfiction désigne ces travaux de fiction créés par détournement, adaptation, braconnage de récits préexistants, généralement issus de la culture mainstream (films, jeux-vidéos, séries, comics, romans, etc.) Elle est l’héritière d’une science-fiction qui, dès les années 20, s’élabore en dialogue avec sa communauté de lecteurs (par le biais des fanzines) ou, comme l’énonce Justine Larbalestier dans The Battle of the Sexes in Science Fiction, d’une science-fiction qui se comprend comme activité sociale tout autant que littérature. Mais si la science-fiction a quitté depuis longtemps le domaine de la pulp, la fanfiction continue d’être jugée vulgaire, voire scandaleuse. La raison de ce dénigrement tient, comme nous le verrons, du fait qu’elle est un objet littéraire principalement queer et pornographique écrit par des femmes, pour des femmes. Ces considérations serviront de point de départ à une discussion plus large sur la littérature érotique anglophone, le queer art et les potentialités de la paralittérature.

L’exposé d’Iris Lafon, riche d’idées et de perspectives, a a permis d’ouvrir l’échange autour du thème de la scène de sexe et de son lien au vulgaire, en s’appuyant notamment sur des passages de Lord Byron, James Joyce, D.H. Lawrence, V.S. Naipaul et Martin Amis.

Pour aller plus loin, quelques références bibliographiques suggérées par Iris Lafon:

BACON-SMITH, Camille, Enterprising Women, Television Fandom and the Creation of Popular Myth, University of Pennsylvania Press, Philadelphia, 1992
FREEMAN, Elizabeth, Time Binds: Queer Temporalities, Queer Histories, Duke University Press, Durham, 2010
HALL, Stuart, Identités et cultures, Politiques des Cultural Studies, Éditions Amsterdam, Paris, 2008
JENKINS, Henry, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, Routledge, New York, 2012
En ce qui concerne la notion de « braconnage » (à laquelle, d’ailleurs, le « textual poachers » de Jenkins fait référence): DE CERTEAU, Michel, L’invention du quotidien, 1. arts de faire, Gallimard, Paris, 1990

Programme de la Journée d’Etudes du 2 Juin

La journée d’études du laboratoire OVALE sur le vulgaire dans la littérature et les arts visuels anglophones se tiendra le 2 juin 2018 en Sorbonne, dans l’amphithéâtre Chasles.

Nous avons le plaisir d’accueillir comme invité d’honneur le lexicographe de l’argot Jonathon Green, qui inaugurera cette journée d’étude avec une conférence intitulée « the Vulgar made Verbal ». Vous trouverez le programme complet ci-dessous et en pdf ici: Programme JE.

La journée est ouverte à tou.te.s mais il est nécessaire de s’inscrire à l’adresse suivante : laboratoire.ovale@gmail.com, pour passer la sécurité à l’entrée de la Sorbonne.

 

Journée d’Études OVALE,  » Le Vulgaire dans la littérature et les arts visuels du monde anglophone »
Samedi 2 juin 2018 – Paris Sorbonne Université

Toutes les interventions ont lieu en Amphithéâtre Chasles

9h30 : Accueil des participants (bibliothèque de l’UFR d’anglais

10h-11h : Keynote Speech, Jonathon Green « The Vulgar Made Verbal»

11h-11h30 : Pause café (bibliothèque de l’UFR d’anglais)

11h30-13h : La marque du vulgaire à l’écran, entre esthétique et sociolinguistique / On-screen vulgarity (présidence/chair : Charlotte Arnautou)

– Frédérique Brisset (Université Lille-SHS)
La vulgarité, un enjeu en traduction audiovisuelle : l’exemple de « fuck »

– Pierre Habasque (Université Bordeaux Montaigne)
Prosodic variations in women’s voices as vulgarity tokens : from linguistic ideology to social meaning.

– Claudia Lisa Moeller (IASSP Milano)
Russ Meyer : when vulgarity labels you as a B movie director

13h-14h30 : Déjeuner (bibliothèque de l’UFR)

14h30-15h30 : La vulgarité moderne et ses paradoxes / Paradoxes of Modern Vulgarity
(présidence/chair : Clara Manco)

– Stéphanie Mercier (University of Helsinki)
Representing the vulgar through the commodity of the crown in Shakespeare’s 
Henry V

– Pierre Labrune (Sorbonne Université)
« Vulgarity is far worse than downright Blackguardism » : vulgarité, grossièreté et passion du XVIIIe siècle chez Lord Byron

15h30-16h : Pause café (bibliothèque de l’UFR)

16h-17h : Le vulgaire ou l’échec du récit / The vulgar as failed narrative
(présidence/chair : Marianne Hillion)

– Caroline Magnin (Sorbonne Université)
Le vulgaire, symptôme de la faillite du langage face à l’insoutenable : exemples de
Falling Man de DonDeLillo et de The Zero de JessWalter

– Gabrielle Adjerad (Université Paris Nanterre)
« The delicate threads of romance » : de l’utopie à la grossièreté dans 
Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

17h : Conclusion de la Journée 

Séance du 9 avril – Omayyah Al-Shabab, The Abject in Manning’s Levant Trilogy

This session will focus on the connections between the macabre, the grotesque and the vulgar thanks to Omayyah’s presentation on Olivia Manning’s Levant Trilogy:

The Abject in Manning’s Levant Trilogy

In her essay “Powers of Horror: An Essay on Abjection” Julia Kristeva explains what gives rise to horror and disgust in human beings, and why. Her approach, founded in psychology and philosophy, highlights the use of the abject in literature and art.

I will be examining the use of the vulgar as the abject in the construction of the narrative of the Levant Trilogy. Employing Kristeva’s approach, I will attempt to look at two forms of the abject repeatedly present in the Levant Trilogy: 1) the macabre embodiment of death at war, and 2) the presence of the grotesque as a critique of social order, and a demarcation of ethnic identity.

Séance du 12 février : Raphaël Rigal « Monsieur Rossetti n’est jamais vulgaire! » – Vulgarité et corps chez D.G. Rossetti et les Préraphaélites.

Lors de la prochaine réunion du laboratoire OVALE,  Raphaël Rigal nous parlera de la vulgarité et du corps chez D.G. Rossetti et les Préraphaélites.

Rendez-vous donc le 12 février à 18h en salle D002, à la Maison de la Recherche.
 
« Monsieur Rossetti n’est jamais vulgaire! » – Vulgarité et corps chez D.G. Rossetti et les Préraphaélites.

De la première exposition publique de Christ in the House of His Parents, par John Everett Millais, et pendant toute la durée du mouvement préraphaélite, Rossetti et ses confrères ont subi des critiques virulentes. Nombre de journalistes et hommes de lettres les ont accusé de ne représenter que le laid, d’être obscène, vulgaire, d’être efféminé, ou de promouvoir par leurs travaux une mollesse morbide et maladive. Pour autant, ces critiques sont-elles dues à une réelle obscénité de la part des Préraphaélites? Comparativement, leurs peintures représentent moins de nus que d’autres mouvements plus classiques; leur poésie, à l’exception peut-être de Swinburne, est évocatrice, mais pas forcément explicite.
Pourquoi donc ces critiques? La réponse est à mon avis à chercher du côté de la vision préraphaélite du corps. Au lieu de l’idéaliser ou de l’invisibiliser (ce qui revient plus ou moins au même), Rossetti et ses confrères en font le fondement de leur pratique artistique: le corps est le lieu de l’incarnation et de la présence au monde de la vie, et le moyen le plus direct d’atteindre le monde. Ce qui aux yeux de beaucoup semble vulgaire est donc le biais premier par lequel produire un art sincère, honnête et proche du réel, et le moyen de redonner à l’humain toute sa puissance d’existence.

Call for Papers – Vulgarity in literature and the visual arts of the English-speaking world

French version below – Version PDF: CFP-OVALE 2018

Conference organised by the doctoral student research group OVALE – part of the VALE research group, EA4085, Sorbonne University. Paris, June, 2 2018.

Keynote speaker: Jonathon Green, slang lexicographer and author of Greens Dictionary of Slang

« thou claybrained guts, thou knotty-pated fool, thou whoreson, obscene, greasy tallow- catch » Shakespeare, Henri IV, I (I,4)

With these colourful words, Shakespeare conjures up his most accomplished comic character. A figure of garish excess in both body and language, the larger-than-life Falstaff is a unique literary creation. In him, vulgarity is not only given prime position but posterity in the world of belles-lettres. The representation of vulgarity remains nonetheless a polemical choice. Time and again, the vulgar has been suspected of a
sensationalist agenda or of compromising quality. However, for a number of thinkers and literary critics, it is a legitimate attempt to capture the vitality of life through language. This only exemplifies the notional ambivalence of the term and the tension at the heart of its definition: between inclusion and exclusion, between what is common, oral, shared by all (vulgar tongue) and what is cheap, in bad taste and unrefined. This conference therefore aims to map and confront the various uses and forms of the vulgar in the literature and the arts of the English-speaking world.

Proposals may consider (but are not restricted to) the diegetic representation of the vulgar and reflection on what makes a vulgar character. This could summon ideas of the stereotypical nouveau riche (the vulgarian), whose previous lower social class is made only too obvious by his or her ostentatious and excessive behaviour, which makes him or her the butt of jokes on the part of the Establishment. At the other end of the spectrum, the character of the hoi polloi can also become an object of aesthetic fascination (think Eliza Doolittle in G.B. Shaw’s Pygmalion). Social characteristics that are perceived or represented as “vulgar” may change according to historical (think of the nationalist clash between Saxon vigour and French refinement in Walter Scott’s Invahoe)
or geographical contexts (the opposition between Europe and the United Stated in The Ambassadors by Henry James, or The Buccaneers by Edith Wharton). Particular attention may also be paid to the different idiolects capable of conveying this “vulgarity”.

The linguistic dimension of the notion equally calls for a reflection on the poetic fertility of the vulgar tongue. What does the inclusion in texts of this oral, ordinary, popular language create? The use of slang, dialects or various accents can be regarded as an active fight against the ossification of the written word (e.g. Huckleberry Finn’s verbal irreverence, or Robert Burns’ Scot language); but it can also mark a loss of vitality compared to ever-changing unwritten language. The struggle against established language invites us to examine the role of so-called vernacular languages in postcolonial literatures. Does the “vernacularisation” of English subvert the linguistic norm, create a poetical, multifaceted idiom, or simply an exotic effect ? How does “standard English” include other languages in its discourse?

Finally, proposals may focus on a more specifically aesthetic and generic perspective. There are vulgar genres in literature (vulgar comedy, sensation novels, airport novels, crime or sentimental fiction, etc.) and the visual arts (the hierarchy of the genres was theorized in the 17th century). The codes associated with such genres (obscenity, sentimentalism, pornography, etc.) often discredit objects that would otherwise be considered legitimate. But these codes and genres, being excluded from high-brow culture can nevertheless be inspiringly reclaimed (calling to mind camp or trash aesthetics, or Hogarth’s promotion of the English school though the re-evaluation of minor genres such as satire and caricature).

Proposals for other papers dealing with how literature or the visual arts relate to philosophy, sociology or linguistics will be welcomed.

Submission Deadline: March 7.
Please send a 300-word abstract (for a 20-minute presentation) with a short biobibliography to the following address: laboratoire.ovale@gmail.com.
Notification of acceptance: March 28.

Bibliography:
BERNSTEIN, Susan D., MICHIE, Elsie B.(eds). Victorian Vulgarity: Taste in Verbal and Visual Culture, Farnham, Ashgate, 2009.
BRADSHAW David, POTTER Rachel (eds.). Prudes on the Prowl, Fiction and Obscenity in England, 1850 to the Present Day, Oxford University Press, Oxford, 2013.
GREEN, Jonathon. The Vulgar Tongue: Green’s History of Slang, Oxford University Press, Oxford, 2015; Green’s Dictionary of Slang (3 vol.), London, Chambers, 2010 (also online).
HUXLEY, Aldous. “Vulgarity in Literature” (1930), in Music at Night, Chatto and Windus, London, 1949.
LEWIS C.S. Studies in Words, Cambridge University Press, Cambridge, 1960.
RUSKIN, John. « Of Vulgarity » in The Complete Works of John Ruskin, Crowell & Co, New York, 1900.
SONTAG, Susan. “Notes on ‘Camp’” (1964), in Against Interpretation and Other Essays, Farrar, Straus and Giroux, New York, 1966.

A more detailed bibliography is available on OVALE’s research blog:
http://ovale.hypotheses.org/ovale-2017-2018

Key Information and Contact:
– This conference is open to all.
– The selection committee is composed of Charlotte Arnautou, Marianne Hillion and Clara Manco, doctoral students and head members of OVALE, as well as Professors Élisabeth Angel-Perez, Frédéric Regard and Alexis Tadié.
– Some of the papers will be published on VALE’s online journal Sillages Critiques.
– The conference will take place at the Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, 75006 Paris).
– Contact: laboratoire.ovale@gmail.com

URL reference :
http://ovale.hypotheses.org
http://www.vale.paris-sorbonne.fr/FR/Page_OVALE.php

————————-

APPEL À COMMUNICATIONS

Le vulgaire dans la littérature et les arts visuels du monde anglophone

2 juin 2018 – JOURNÉE D’ÉTUDES

Journée d’études organisée par le laboratoire doctoral OVALE – rattaché au laboratoire VALE EA4085, Université Paris-Sorbonne.

Invité d’honneur : Jonathon Green, lexicographe de l’argot et auteur de Greens Dictionary of Slang

« thou claybrained guts, thou knotty-pated fool, thou whoreson, obscene, greasy tallow- catch » Shakespeare, Henri IV, I (I,4)

   Dans ces qualificatifs pittoresques prend corps le personnage comique de Shakespeare le plus abouti. Portrait de l’excès criard dans son corps comme dans sa langue, le truculent Falstaff est une création littéraire unique. Avec lui, le vulgaire se fait une place de choix dans les belles-lettres, qui, en retour, lui assurent une postérité durable. Pour autant, la question du bien-fondé de sa représentation ne cesse de se poser. Soupçonné d’être racoleur ou de s’adosser à une qualité frelatée, le vulgaire est source de fantasmes  pour un certain nombre de théoriciens et critiques littéraires de l’époque moderne. Pour d’autres, au contraire, il est une tentative légitime de saisir la vitalité du réel, par le langage. Ainsi, se rejoue sur la scène littéraire la dualité portée dans la notion même de vulgaire, travaillée par une tension entre inclusion et exclusion, entre ce qui est commun, oral et partagé par le plus grand nombre (telle la langue vernaculaire / vulgar tongue) et ce qui est bas, de mauvais goût, ce qui s’oppose au raffiné. Cette journée d’étude se propose de cartographier et de confronter des usages et des formes du vulgaire dans la littérature et les arts du monde anglophone.

On pourrait, dans un premier temps, aborder le vulgaire par le biais de sa représentation diégétique : qu’est-ce qu’un personnage vulgaire ? On peut penser, par exemple, au stéréotype du nouveau riche qui trahit son extraction sociale par son ostentation et son excès et devient ainsi source de ridicule pour l’élite installée. Au contraire le personnage du vulgum pecus peut devenir un enjeu de fascination esthétique (comme Eliza Doolittle dans Pygmalion de G. B. Shaw). Les caractéristiques des classes perçues ou représentées comme « vulgaires » évoluent selon les contextes historiques (opposition nationaliste entre vigueur saxonne et raffinement français dans Ivanhoe de Walter Scott) ou géographiques (opposition entre Europe et Etats-Unis dans Les Ambassadeurs de Henry James ou Les Boucanières d’Edith Wharton), et invitent à se demander si, en ce sens, la vulgarité n’est pas une notion fondamentalement européenne. On prêtera une attention toute particulière aux idiolectes caractéristiques de cette « vulgarité ».

   Plus largement, la dimension linguistique de la notion nous invite à réfléchir à la fécondité poétique de la langue vulgaire. Que crée l’inscription de cette langue orale, ordinaire et populaire dans le texte ? Si l’usage de l’argot, de dialectes ou d’accents divers donne une plus grande vivacité au texte littéraire (pensons au verbe irrévérencieux de Huckleberry Finn chez Mark Twain, à la langue scots de Robert Burns), certains y voient non une résistance à l’ossification du langage mais un risque de dévitalisation de cette langue mouvante. La lutte contre le langage institué nous renvoie aussi à la place des langues dites vernaculaires dans les littératures postcoloniales, souvent créées dans un contexte multilingue. On pourra se demander si « vernaculariser » l’anglais signifie retourner la langue contre elle-même, créer un idiome poétique pluriel, ou bien créer un effet d’exotisme. Comment l’anglais « standard » fait-il place à d’autres langues en son sein ?

   Enfin, émerge une perspective plus spécifiquement esthétique et générique. D’une part il est des genres dits vulgaires en littérature (romans de gares, policiers, à l’eau de rose, feuilletons à sensations) et dans les arts visuels (hiérarchie des genres théorisée au XVIIe siècle); d’autre part les codes associés à de tels genres (obscénité, sentimentalité jugée excessive…) discréditent des objets autrement légitimes. Ces genres et ces codes exclus de la culture noble peuvent néanmoins faire l’objet de récupérations esthétiques fécondes (on pense à l’esthétique trash ou camp, ou bien à Hogarth et sa promotion de l’école anglaise à travers la reconnaissance de genres mineurs comme la satire ou la caricature).

Les approches de la littérature et des arts visuels puisant dans d’autres disciplines (philosophie, sociologie, linguistique/lexicologique …) seront particulièrement appréciées.

Date limite d’envoi des propositions : 7 mars
Les propositions (300 mots maximum), en français ou en anglais, accompagnées d’une courte notice biobibliographique devront être adressées à l’adresse e-mail suivante : laboratoire.ovale@gmail.com. Durée des communications : 20 minutes
Date limite de réponse: à partir du 28 mars

Bibliographie :
BERNSTEIN, Susan D., MICHIE, Elsie B.(eds). Victorian Vulgarity: Taste in Verbal and Visual Culture, Farnham, Ashgate, 2009.
BRADSHAW David, POTTER Rachel (eds.). Prudes on the Prowl, Fiction and Obscenity in England, 1850 to the Present Day, Oxford University Press, Oxford, 2013.
GREEN, Jonathon. The Vulgar Tongue: Green’s History of Slang, Oxford University Press, Oxford, 2015.
HUXLEY, Aldous. “Vulgarity in Literature” (1930), in Music at Night, Chatto and Windus, Londres, 1949.
LEWIS C.S. Studies in Words, Cambridge University Press, Cambridge, 1960.
RUSKIN, John. « Of Vulgarity » in The Complete Works of John Ruskin, Crowell & Co, New York, 1900.
SONTAG, Susan. “Notes on ‘Camp’” (1964), in Against Interpretation and Other Essays, Farrar, Straus and Giroux, New York, 1966.

Une bibliographie plus fournie est disponible ici: http://ovale.hypotheses.org/ovale-2017-2018

Modalités et contact :
– La journée est ouverte à tous.
– Le comité de sélection est composé de Charlotte Arnautou, Marianne Hillion et Clara Manco, doctorantes membres du bureau d’OVALE, ainsi que des Professeurs Élisabeth Angel-Perez, Frédéric Regard et Alexis Tadié.
– Une partie des communications fera l’objet d’une publication dans la revue en ligne de VALE Sillages Critiques.
– La journée se déroulera à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, 75006 Paris).
– Contact : laboratoire.ovale@gmail.com

URL de référence:
http://ovale.hypotheses.org
http://www.vale.paris-sorbonne.fr/FR/Page_OVALE.php