Au programme du 19 octobre 2021 : « le body building comme on ne vous l’a jamais présenté » & talk about « Ruins of the Future. » by Quitterie de Beauregard.

Chères Ovaliennes, chers Ovaliens,

Nous sommes heureuses de vous accueillir ce mardi 19 octobre 2021, sur le site de Serpentes en D117 pour la toute première séance des séminaires d’OVALE.

Un lien Zoom est également disponible pour celles et ceux d’entre nous exilé.e.s.

Au programme :

Une présentation détaillée du thème de cette année « Body building ». Laissez vous surprendre par l’étendue des interprétations possibles…

Puis nous écouterons Quitterie de Beauregard, Doctorante en 2ème année sous la direction de Frédéric Regard. Elle travaille sur « The End We Start From: Gender, Genesis and Genealogy in Contemporary British Apocalyptic Fiction – Angela Carter, Doris Lessing and Jeanette Winterson ». Ce mardi, elle nous proposera une première interprétation du body building (son abstract ci-dessous).

Enfin, nous clôturerons cette première séance autour d’un verre pour faire plus ample connaissance.

Venez muscler vos méninges, on vous dit à mardi !

Abstract de Quitterie de Beauregard :

Ruins of the Future: Decaying Urban Landscapes in Richard Jefferies, J.G Ballard and Angela Carter’s Speculative Fiction (After London, The Drowned World and The Passion of the New Eve)

« Tous les hommes ont un attrait secret pour les ruines » :[1] Chateaubriand’s declaration conforms to his contemporaries’ fascination for the rediscovered ruins of Antiquity, but proves to be still relevant in contemporary speculative fiction. The scopic drive motivating the contemplation of fallen civilizations is centred around the image of decaying city landscapes. If Volney[2], Chateaubriand or Mary Shelley[3] are notable example of this phenomenon spanning early to late Romanticism and provide a precedent of the ‘nostalgia for ruins’,[4] the merging of this type of portrayal with speculative fiction has proved a fertile soil for socio-political and literary explorations of the ‘city’ in its political sense, as the readers get to contemplate the ruins of their present.

The posterity of this tradition has acquired new meaning as the decay of the city mirrored contemporary anxieties – nuclear war being a central one after Hiroshima and Nagasaki, which inspired numerous science-fiction tropes in both popular and critically acclaimed fiction.  As Burton Pike phrases it, the twentieth century literary city came to “express the fragmentation of the very concept of community.”[5]Indeed, the traditional division between the refined, civilized city and the vulgar, violent margins is reversed in contemporary speculative fiction: a ‘relapse into barbarism’[6] in the city, pastoral wilderness in the countryside. Those innovative takes on the image of the city lay themselves open to ecocritical, dystopian and ontological readings. To do so, I will provide an analysis of Richard Jefferies’s After London (1911), which delves both into the pastoral description of new wild England and the effect of the traumatic ‘apocalypse’ turning Londoners into barbarians’ tribes; J.G. Ballard’s The Drowned World is an example of what he calls ‘inner space’[7], the speculative nature of his story linking the ruins and toxicity of London with the disrupted individual and communal psyche of the survivors. Finally, Carter’s take on another iconic city, New York, offers another perspective on the ruins as symptom and mirror of a decaying humanity, as the apocalyptic metropolis becomes the locus of consumerist and sexual greed, a reversed mirror of John’s New Jerusalem


[1] François-René de Chateaubriand, Le Génie Du Christianisme, Partie 3, Chapitre 5, Livre III. (Paris: Garnier Frères, 1828), 360.

[2] Constantin-François Volney, comte de Chasseboeuf, Les ruines, ou Méditation sur les révolutions des empires, 1791, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6515487j.

[3] The Last Man (1826)  is a landmark in ‘secular’ apocalyptic and speculative fiction, describing a future, 21th century Earth devastated by mysterious pandemic who provokes the extinction of humans.  It also sets the revolutionary narrative frame of one narrator-witness giving out a testimony of the last days of humanity to no-one and, so to speak, screams into the void.

[4] Andreas Huyssen, ‘Nostalgia for Ruins’, Grey Room, no. 23 (2006): 6–21.

[5] Burton Pike, The Image of the City in Modern Literature (Princeton: Princeton University Press, 1981), xiii.

[6] Richard Jefferies, ‘The Relapse into Barbarism’, in After London; Or, Wild England, [1885] 2004, http://www.gutenberg.org/ebooks/13944.

[7] Ballard defines it as such : “the elaboration of concepts such as the time zone, deep time and archaeopsychic time. I’d like to see more psycho-literary ideas, more meta-biological and meta-chemical concepts, private time-systems, synthetic psychologies and space-times, more of the sombre half-worlds one glimpses in the paintings of schizophrenics, all in all acomplete speculative poetry and fantasy of science” – J.G. Ballard, ‘Which Way to Inner Space?’, in A User’s Guide to the Millenium (London: Harper Collins, 2008), 198.

Séance du 17 juin, co-organisée avec les doctorants de HDEA : Eileen Speijer « Les bourses de recherche pour doctorants »

Le jeudi 17 juin à 18h30 (sur Zoom, voir lien ci-dessous), notre dernière séance aura lieu en coordination avec nos camarades civilisationnistes de HDEA. Nous écouterons Eileen Speijer, pour une présentation sur les bourses de recherche ouvertes aux doctorants.

Eileen Speijer est ingénieure d’étude et chargée de valorisation de la recherche à l’Ecole Normale Supérieure à Paris. Elle s’occupe de la mise en place de contrats de recherche (subventions, montage des projets européens et américains) et de la négociation des modalités de financement ainsi que la propriété intellectuelle. En parallèle elle est en deuxième année de thèse et travaille sous la direction de Nathalie Caron et Leo Lucassen, dans le cadre d’un co-tutelle entre Sorbonne Université et l’Université de Leyde aux Pays-Bas. Sa thèse porte sur les relations sociales entre les amérindiennes (et particulièrement les Haudenosauee, ou les Iroquois) et les colons néerlandais dans la colonie de Nouvelle-Néerlande, actuellement New York, entre 1609 et 1674. Elle étudie le rôle des femmes amérindiennes et néerlandaises et travaille actuellement sur les femmes interprètes et intermédiaires dans la colonie. Elle est également chargée de TD d’anglais sociologique à l’UFR de Sociologie et de civilisation américaine à l’UFR d’études anglophones, à Sorbonne Université.

Sujet : Ovale Seminar 
Heure : 17 juin 2021 18:30 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/97407740935?pwd=ZlpyUlFzc0gyWHlJaG9lYVE4ZEVHZz09
ID de réunion : 974 0774 0935
Code secret : Qv7t4a

Séance du 11 mai : Virginie Trachsler « ‘Listen. This is the Noise of…’ Women Writing Poetry » et Alice Clabaut « Les sons et les bruits de ‘La dernière bande’ de Beckett : écouter et réécouter sa langue ».

La séance du 11 mai se déroulera sur Zoom à 18h30.

Sujet : Ovale Seminaire Le Bruit
Heure : 11 mai 2021 18:30 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/98917104220?pwd=VmZlb0llNFhyRU1UVHR3K0V0L1JUUT09
ID de réunion : 989 1710 4220
Code secret : T1v1iZ

Alice Clabaut est en première année de doctorat à Sorbonne Université, en cotutelle avec l’université Charles de Prague, sous la direction d’Elisabeth Angel-Perez. Elle travaille sur les « Mises en scène et réception du théâtre de Samuel Beckett en France, en Allemagne et en République Tchèque depuis la chute du mur de Berlin. »

Voici un abstract de sa communication :

En 1958, après une décennie d’écriture en français et de traduction en allemand, Beckett replonge dans sa langue maternelle. Il s’attelle conjointement à la traduction de l’Innommable en anglais et à l’écriture de Krapp’s Last Tape. Retour douloureux d’un exil linguistique, cette pièce en un acte donne à entendre le monologue d’un vieillard qui s’écoute, s’enregistre et se réécoute sur des cassettes qu’il classe, range et dérange. 

Le personnage de Krapp incarne le retour et la distance désormais installée entre Beckett et l’anglais. Sa langue maternelle lui est redevenue étrangère et il l’écrit désormais comme il l’entend : une suite de sonorités et de bruits qui claquent et qui grésillent, qu’il faut écouter plutôt que comprendre.

Virginie Trachsler est en première année de doctorat, et sa thèse s’intitule « Ambassadrices des mondes muets : les poètes contemporaines irlandaises et l’écriture de l’objet », sous la direction de Clíona Ní Ríordáin (Université Sorbonne Nouvelle).

Voici un abstract de sa communication :

Poetry is more frequently associated with music, sound or voice than with noise, and indeed examples of noises in poetry, or noisy poetry, seem to be rare. Looking at a few examples from recent collections, we will see how listening to and making noise in poetry can be both a way to produce meaning and a means to assert one’s voice and position within the poem. In the poem from which the first half of my title is borrowed, Irish poet Eavan Boland urges her reader to listen to the noise of myth. Repeatedly invited to pay attention to a faint sound, ‘the same sound as a shadow’, the reader is prevented from engaging with the familiar mythical narrative, which the poet’s appeals and comments interrupt. Noise is invoked to create an interference, and paradoxically draws attention to the voices and experiences that are silenced in the process of myth-making. Drawing from poetry collections published in recent months (2020-2021), we will see how noise can alternatively create a screen or a link between past and present. As poets attempt to connect with or sound past women’s experiences, noises can be both a parasitic interference or the surviving trace of an otherwise silent past. In the three collections chosen — The Historians by Eavan Boland, Eat or We Both Starve by Victoria Kennefick and Postcolonial Love Poem by Natalie Diaz —, the poets apply the dialectic between silence and noise to register a loss or an attempt at retrieving the unrecorded soundscape of history.

Séance du 13 avril : Bastien Goursaud et Pauline Macadré : « Le plan dans tous ses états »

La séance se déroulera sur Zoom, à 18h30 (voir lien ci-dessous) :

Lors de cette séance pratique, nous recevrons deux jeunes docteurs et anciens Ovaliens, qui nous donneront quelques bons conseils sur un thème qui fait frémir tous les thésards : le plan !

Après avoir soutenu en décembre 2020 une thèse intitulée « Du spoken word à la parole publique : inscrire la performance dans la poésie britannique contemporaine », sous la direction de Pascal Aquien, Bastien Goursaud est aujourd’hui ATER à l’Université Paris 8.

La thèse de Pauline Macadré, dirigée par Frédéric Regard, portait sur « L’écriture au secret : traduction et trahison du réel chez Virginia Woolf » et a été récompensée du Grand Prix Solennel de la Chancellerie 2020. Pauline est à présent PRAG à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/97000242032?pwd=S0s2T1hrd0YyQ2FMRUV4b2JYb3dZQT09

ID de réunion : 970 0024 2032
Code secret : XQ6zfk

Séance du 16 mars : Beatrice Fuga, « ‘But what mean I to speak so true at first? My office is to noise abroad’ : Resounding Fame in Geoffrey Fenton’s Tragicall Discourses (1567) » et Matthieu Vignes, « La traduction collaborative dans le théâtre britannique contemporain, rôle et place de la traduction dans l’espace créatif théâtral. »

La séance du mardi 16 mars se déroulera sur Zoom, à 19h30 (attention, horaire plus tardif exceptionnellement).

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/96544329249?pwd=amdLcDY1ajE2YjhWRk95aFlGdkhjdz09

ID de réunion : 965 4432 9249
Code secret : p48GUg

Matthieu Vignes est doctorant à Sorbonne Université, sous la direction d’Elisabeth Angel-Perez. Sa thèse étudie les collaborations entre traducteurs et metteurs en scène, traducteurs et acteurs ou encore sur la question de la retraduction dans le théâtre britannique contemporain. Il nous en présentera les différents enjeux lors de la séance. Par ailleurs, Matthieu est professeur de Français Langue Etrangère à temps plein et traducteur à son compte.

Beatrice Fuga est doctorante à l’Université Sorbonne Nouvelle, où elle prépare une thèse intitulée « Buona novella, cattiva reputazione. The domestication of the Italian Renaissance novella in early modern England », sous la direction d’Anne-Marie Miller-Blaise.

Voici un abstract de sa communication, « But what mean I to speak so true at first? My office is to noise abroad » : Resounding Fame in Geoffrey Fenton’s Tragicall Discourses (1567) ».

A brazen creature, inhabiting a resonating palace with “a thousand openings”: thus is “Fama” described by Ovid in his Metamorphoses.[1] Early modern European literature adopted from ancient mythology the daunting portrayal of “fama” or “rumour” as a dangerous social poisoning, a monster growing in shape and intensity through the means of people’s blather. Fame, often personified as female, inherently pertains to orality:  its existence depends on the word-to–mouth and the spreading chatter that echoes through villages, cities and courts.

The Italian medieval novella is itself part of rumour’s outcome, it is the natural development of hearsay and folktales. Through its presence in the Renaissance in written anthologies of wondrous and sensational exempla, the novella subsequently develops, especially in its translations, into a mixture of novelty and morality: the prurience of gossip intermingled with the pedantry of the sermon. The famed collection of Novelle published in 1554 by the Dominican priest Matteo Bandello undergoes such process of moralisation in its contemporary English adaptation.

The volatile – and often unreliable – Italian chatter transforms into a rigid Discourse when translated by Geoffrey Fenton in 1567. Nonetheless, a precarious Fame threatens the Englished characters even in a safer, less boisterous form of literature. Indeed, the translated collection reports incidents at the crossroads of reality and fiction, of truth and illusion. Fenton’s tales confirm how the perilous noise generated by Fame cannot be silenced by hefty moralisation. The readers’ judgement, ultimately independent from the author’s intentions, can just as easily retranslate into malicious, enticing gossip peppered with a certain Italianated gusto for dramatic effects. Therefore, it will not come as a surprise to see how the translation of Italian novellas reaches its literary peak through its theatrical achievement: a form perhaps void of tattle, but that certainly retains the vivacity of Italian courtly accounts.  

[1] Ovid, Metamorphoses, (1 AD?), London, Penguin, 2004.

Séance du 16 février : Louise Fang et Diane Drouin, « Questions de thésards : mobilité pendant le doctorat et ATER »

La séance se déroulera sur Zoom, à 18h (voir lien ci-dessous)

Au programme de ce nouvel hands-on seminar :

Louise Fang donnera ses conseils pour les ATER : campagnes de recrutement, statut, service,…

Après avoir soutenu une thèse intitulée « Jeux et théâtre dans l’oeuvre dramatique de Shakespeare » sous la direction de Line Cottegnies en 2019, Louise est à présent MCF à l’Université Sorbonne Paris Nord.

Diane Drouin nous parlera des déplacements pendant la thèse (séjours de recherche et colloque) : comment les organiser et les financer ?

Diane est actuellement ATER à Sorbonne Université, où elle prépare une thèse intitulée « La Figure éclatée : modernisme, surréalisme et images de soi chez Mina Loy », sous la direction de Frédéric Regard.

Participer à la réunion Zoom (code ci-dessous) 
https://zoom.us/j/98386330441?pwd=bHc4VDAwbVVubVNJYmg3bUxoeElrUT09
ID de réunion : 983 8633 0441
Code secret : u07bCT

Séance du 26 janvier : Quitterie de Beauregard, « Filling the Void: Echoes of the End in Apocalyptic Fictions » et Marie Duic, « ‘Above the rural average of peace and quiet’ : le bruit et la rumeur dans Deerbrook (1839) de Harriet Martineau »

La séance du mardi 26 janvier se déroulera sur Zoom, à 18h30.

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/94289647928

Quitterie de Beauregard prépare actuellement une thèse intitulée « The End We Start From: Genesis, Gender and Genealogies in British Contemporary Apocalyptic Fiction (Angela Carter, Doris Lessing and Jeanette Winterson) » sous la direction de Frédéric Regard à Sorbonne Université.

Marie Duic prépare une thèse à Sorbonne Université, sous la direction de Frédéric Regard, portant sur le savoir des petits riens dans le roman provincial anglais (Harriet Martineau, Elizabeth Gaskell et George Eliot).

Séance du 8 décembre : Yasna Bozhkova et Olivier Hercend « Faire une thèse, et après ? »

La séance du mardi 8 décembre se déroulera sur Zoom, à 18h.

Au programme, une séance d’ordre pratique. Yasna Bozhkova et Olivier Hercend, deux jeunes docteurs, nous raconteront leur expérience de thèse et répondront à toutes nos questions sur la vie pendant et après le doctorat.

Yasna Bozhkova a fait sa thèse à l’Université Sorbonne Nouvelle de 2012 à 2016 sous la direction de Christine Savinel, sur le sujet « Les itinéraires esthétiques de Mina Loy : vers un « idiome météorique » ». Elle enseigne à présent comme PRAG à Sorbonne Nouvelle, et poursuit ses recherches sur le modernisme transatlantique et les liens entre littérature et arts visuels.

Olivier Hercend a fait sa thèse à Sorbonne Université de 2016 à 2019 sous la direction de Frédéric Regard, sur le sujet « Le rapport au lecteur dans les textes de TS Eliot, Virginia Woolf et James Joyce ». Il enseigne à présent en tant qu’ATER à Paris Nanterre, et continue ses recherches dans les domaines du modernisme et des théories de la lecture.

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/96823218022

Séance du 10 novembre : Madeleine Wolf, « Making Noise and Noise: An approach to the study of noise in literature » et Maxence Gouleau, « Listening for one’s life: Scheming noises in Ian McEwan’s Nutshell ».

La séance du mardi 10 novembre se déroulera sur Zoom, à 18h.

Madeleine Wolf nous parlera de l’étude du bruit dans la littérature. Madeleine prépare actuellement une thèse en littérature française à l’université d’Harvard.

Maxence Gouleau nous parlera de la perception foetale du bruit. Maxence prépare une thèse à Sorbonne Université sous la direction de Frédéric Regard qui porte sur la grossesse dans le roman britannique contemporain et ultracontemporain.

*Participer à la réunion Zoom:  https://zoom.us/j/92140678317

ID de réunion : 921 4067 8317

Séance du 20 octobre : Emma Bartel, “In Bed with God: Sleep and Piety in Early Modern England” et Raphaël Rigal, “Nuit de la modernité et jour antimoderne chez les Préraphaélites”

La séance du mardi 20 octobre se déroulera à la Maison de la Recherche (28, rue Serpente) en salle D513.

Emma Bartel nous parlera de méditation nocturne. Elle prépare actuellement une thèse à Sorbonne Université intitulée « Les femmes et l’art de la méditation en Angleterre au XVIIe siècle: autorité spirituelle, rhétorique et questions de genre », sous la direction de Line Cottegnies.

Voici un abstract de sa communication : https://ovale.hypotheses.org/files/2020/10/EmmaBartel-Ovale2020.pdf

Continuer la lecture

Séance du 24 février : Anouk Bottero, “‘Moon Change’: Night Scenes and the Collision of the Personal and the Political in Tony Kushner’s Caroline or Change (2004)”

Lors de la séance du 24 février, Anouk Bottero nous a parlé de la nuit dans la comédie musicale Caroline or Change de Tony Kushner et Jeanine Tesori (2004). Anouk Bottero prépare actuellement une thèse à Sorbonne Université, intitulée “Le corps féminin dans les comédies musicales américaines, de la fin de l’âge d’or à nos jours” sous la direction d’Élisabeth Angel-Perez.

Voici un abstract de sa communication :

“Moon Change”: Night Scenes and the Collision of the Personal and the Political in Tony Kushner’s Caroline or Change (2004)

Continuer la lecture

Séance du 27 janvier : Maxence Gouleau, “La nuit dans Sleepwalking de Julie Myerson”

Lors de la séance du 27 janvier, Maxence Gouleau nous a parlé de Sleepwalking de Julie Myerson (1994), roman de la pénombre, qui hésite entre jour et nuit, vie et mort, mais aussi roman des possibles – et de leurs limites – qui développe une poétique du seuil constamment en train d’être franchi mais jamais totalement franchi. Un roman qui, en définitive, n’atteint pas la lumière du jour.

Maxence Gouleau prépare actuellement à Sorbonne Université une thèse intitulée “Couvrez ce ventre que je ne saurais voir : la femme enceinte dans le roman britannique contemporain et ultracontemporain » sous la direction de Frédéric Regard.

Séance du 18 novembre : Marianne Hillion, “‘Perhaps it’s time for us to take back the night’ (Arundhati Roy): Traverser la ville indienne la nuit dans la littérature indienne contemporaine”

Lors de la séance du 18 novembre, Marianne Hillion nous a parlé de la nuit dans la littérature indienne contemporaine. Marianne Hillion est doctorante en Études anglophones à Sorbonne Université, où elle prépare actuellement une thèse intitulée “Les géographies imaginaires de la ville dans la littérature indienne anglophone” sous la direction d’Alexis Tadié.

“Perhaps it’s time for us to take back the night” (Arundhati Roy): Traverser la ville indienne la nuit dans la littérature indienne contemporaine”

Midnight’s Children de Salman Rushdie s’ouvre sur la naissance du héros à Bombay à minuit pile le 15 août 1947, temps d’avènement de l’Inde indépendante mais aussi temps de la catastrophe, puisque c’est sous ce signe qu’est placée la naissance de Saleem et le destin de l’Inde postcoloniale. La nuit dans ce roman est donc à la fois le temps de la rupture, de l’éveil, de la chute, mais aussi ce qui lie (télépathiquement) les mille-et-un enfants de minuit, communauté alternative à celle, déjà fissurée, de la nation indienne.

Continuer la lecture

Séance du 13 mai: Nicolas Thibault, “Manipuler le corps politique: conseil et machinations dans le théâtre historique de William Shakespeare”

Si les références aux machines se multiplient au XVIe siècle pour
décrire l’univers réglé par Dieu ou encore le corps humain (l’organique
étant conçu comme une mécanique), elles se font plus rares lorsqu’il
s’agit d’aborder la question politique. Revient cependant, pour désigner
le commonwealth, l’image du corps humain dont l’harmonie entre les
différents membres, au sein d’une stricte hiérarchie, est la condition
sine qua non de la bonne marche du royaume. Continuer la lecture