Séance du 13 mai: Nicolas Thibault, “Manipuler le corps politique: conseil et machinations dans le théâtre historique de William Shakespeare”

Si les références aux machines se multiplient au XVIe siècle pour
décrire l’univers réglé par Dieu ou encore le corps humain (l’organique
étant conçu comme une mécanique), elles se font plus rares lorsqu’il
s’agit d’aborder la question politique. Revient cependant, pour désigner
le commonwealth, l’image du corps humain dont l’harmonie entre les
différents membres, au sein d’une stricte hiérarchie, est la condition
sine qua non de la bonne marche du royaume. Mais là où les traités
théoriques et les discours officiels (sermons, homélies, …) dessinent un
idéal parfaitement ordonné, le théâtre historique de la fin du XVIe et
du début du XVIIe siècles en propose une vision bien plus nuancée, faite
de dérèglements et de machinations. En donnant notamment une place de
plus en plus importante aux figures de conseillers, qui obligent le roi
à partager la scène – du théâtre mais aussi du pouvoir –, ces pièces
dévoilent les coulisses de la pratique politique à un public qui en est
le plus souvent, et pour la plupart de ses membres, exclu. La politique
y apparaît comme la sphère de l’imprévu et de l’incertitude, marquée par
la possibilité de l’erreur – autant celle du roi que de ses conseillers
– et donc par la délibération à plusieurs et pas uniquement par la
décision ou l’action d’un seul homme. La politique commande alors de
s’adapter à son temps, principe machiavélien par excellence, là où
l’expertise est difficilement mesurable et la légitimité – pour les
conseillers, du moins – souvent contestable. Il s’agit donc de
s’interroger à la fois sur le politique comme machine potentiellement
infernale et sur l’identité de ceux choisis – par le roi – pour la
manipuler. À une époque où, suite aux progrès techniques et
scientifiques, émerge une classe technocratique dans de nombreux
domaines comme la navigation (le pilote cédant sa place à l’expert), la
politique n’a pas encore le statut d’une science ni d’une technique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.