Séance du 18 novembre : Marianne Hillion, “‘Perhaps it’s time for us to take back the night’ (Arundhati Roy): Traverser la ville indienne la nuit dans la littérature indienne contemporaine”

Lors de la séance du 18 novembre, Marianne Hillion nous a parlé de la nuit dans la littérature indienne contemporaine. Marianne Hillion est doctorante en Études anglophones à Sorbonne Université, où elle prépare actuellement une thèse intitulée “Les géographies imaginaires de la ville dans la littérature indienne anglophone” sous la direction d’Alexis Tadié.

“Perhaps it’s time for us to take back the night” (Arundhati Roy): Traverser la ville indienne la nuit dans la littérature indienne contemporaine”

Midnight’s Children de Salman Rushdie s’ouvre sur la naissance du héros à Bombay à minuit pile le 15 août 1947, temps d’avènement de l’Inde indépendante mais aussi temps de la catastrophe, puisque c’est sous ce signe qu’est placée la naissance de Saleem et le destin de l’Inde postcoloniale. La nuit dans ce roman est donc à la fois le temps de la rupture, de l’éveil, de la chute, mais aussi ce qui lie (télépathiquement) les mille-et-un enfants de minuit, communauté alternative à celle, déjà fissurée, de la nation indienne.

Ce n’est sans doute pas par hasard si cette scène nocturne initiale a lieu à Bombay, ni si nombreux des romans indiens urbains de mon corpus de thèse s’ouvrent sur une scène nocturne. La nuit semble être le temps symptomatique de la grande ville, non comme temps mort, suspens et vide mais au contraire comme temps où les mécanismes secrets de la ville se révèlent, ceux du crime, des vices, mais aussi de la subversion et de la résistance à l’ordre diurne. Elle est aussi l’intervalle propice au surgissement des spectres, traces des multiples strates de la ville, oubliées et effacées par la logique de table rase du développement urbain capitaliste.

A travers un parcours noctivagant et noctambulant (pour reprendre la distinction de Matthew Beaumont dans Night Walking) dans les métropoles indiennes en pleine mutation et leur représentation chez Arundhati Roy, Raj Kamal Jha et Rana Dasgupta, j’espère ouvrir des pistes de réflexion commune sur la nuit : la nuit est-elle un moment où les frontières géographiques, sociales et psychologiques qui sillonnent la ville sont renversées, comme l’affirme Judith Walkowitz à propos du Londres victorien (City of Dreadful Night, 1992) ? Dans quelle mesure la nuit s’allie-t-elle à la résistance ou est-elle rattrapée par les logiques de l’ordre (néolibéral) urbain ?

Comme dirait Arundhati Roy, insomniaques de tous les pays, unissez-vous.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.