Séance du 27 janvier : Maxence Gouleau, “La nuit dans Sleepwalking de Julie Myerson”

Lors de la séance du 27 janvier, Maxence Gouleau nous a parlé de Sleepwalking de Julie Myerson (1994), roman de la pénombre, qui hésite entre jour et nuit, vie et mort, mais aussi roman des possibles – et de leurs limites – qui développe une poétique du seuil constamment en train d’être franchi mais jamais totalement franchi. Un roman qui, en définitive, n’atteint pas la lumière du jour.

Maxence Gouleau prépare actuellement à Sorbonne Université une thèse intitulée “Couvrez ce ventre que je ne saurais voir : la femme enceinte dans le roman britannique contemporain et ultracontemporain” sous la direction de Frédéric Regard.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.