Séance du 11 mai : Virginie Trachsler “‘Listen. This is the Noise of…’ Women Writing Poetry” et Alice Clabaut “Les sons et les bruits de ‘La dernière bande’ de Beckett : écouter et réécouter sa langue”.

La séance du 11 mai se déroulera sur Zoom à 18h30.

Sujet : Ovale Seminaire Le Bruit
Heure : 11 mai 2021 18:30 PM Paris

Participer à la réunion Zoom
https://zoom.us/j/98917104220?pwd=VmZlb0llNFhyRU1UVHR3K0V0L1JUUT09
ID de réunion : 989 1710 4220
Code secret : T1v1iZ

Alice Clabaut est en première année de doctorat à Sorbonne Université, en cotutelle avec l’université Charles de Prague, sous la direction d’Elisabeth Angel-Perez. Elle travaille sur les « Mises en scène et réception du théâtre de Samuel Beckett en France, en Allemagne et en République Tchèque depuis la chute du mur de Berlin. »

Voici un abstract de sa communication :

En 1958, après une décennie d’écriture en français et de traduction en allemand, Beckett replonge dans sa langue maternelle. Il s’attelle conjointement à la traduction de l’Innommable en anglais et à l’écriture de Krapp’s Last Tape. Retour douloureux d’un exil linguistique, cette pièce en un acte donne à entendre le monologue d’un vieillard qui s’écoute, s’enregistre et se réécoute sur des cassettes qu’il classe, range et dérange. 

Le personnage de Krapp incarne le retour et la distance désormais installée entre Beckett et l’anglais. Sa langue maternelle lui est redevenue étrangère et il l’écrit désormais comme il l’entend : une suite de sonorités et de bruits qui claquent et qui grésillent, qu’il faut écouter plutôt que comprendre.

Virginie Trachsler est en première année de doctorat, et sa thèse s’intitule “Ambassadrices des mondes muets : les poètes contemporaines irlandaises et l’écriture de l’objet”, sous la direction de Clíona Ní Ríordáin (Université Sorbonne Nouvelle).

Voici un abstract de sa communication :

Poetry is more frequently associated with music, sound or voice than with noise, and indeed examples of noises in poetry, or noisy poetry, seem to be rare. Looking at a few examples from recent collections, we will see how listening to and making noise in poetry can be both a way to produce meaning and a means to assert one’s voice and position within the poem. In the poem from which the first half of my title is borrowed, Irish poet Eavan Boland urges her reader to listen to the noise of myth. Repeatedly invited to pay attention to a faint sound, ‘the same sound as a shadow’, the reader is prevented from engaging with the familiar mythical narrative, which the poet’s appeals and comments interrupt. Noise is invoked to create an interference, and paradoxically draws attention to the voices and experiences that are silenced in the process of myth-making. Drawing from poetry collections published in recent months (2020-2021), we will see how noise can alternatively create a screen or a link between past and present. As poets attempt to connect with or sound past women’s experiences, noises can be both a parasitic interference or the surviving trace of an otherwise silent past. In the three collections chosen — The Historians by Eavan Boland, Eat or We Both Starve by Victoria Kennefick and Postcolonial Love Poem by Natalie Diaz —, the poets apply the dialectic between silence and noise to register a loss or an attempt at retrieving the unrecorded soundscape of history.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.