Séance du 12 février : Raphaël Rigal « Monsieur Rossetti n’est jamais vulgaire! » – Vulgarité et corps chez D.G. Rossetti et les Préraphaélites.

Lors de la prochaine réunion du laboratoire OVALE,  Raphaël Rigal nous parlera de la vulgarité et du corps chez D.G. Rossetti et les Préraphaélites.

Rendez-vous donc le 12 février à 18h en salle D002, à la Maison de la Recherche.
 
« Monsieur Rossetti n’est jamais vulgaire! » – Vulgarité et corps chez D.G. Rossetti et les Préraphaélites.

De la première exposition publique de Christ in the House of His Parents, par John Everett Millais, et pendant toute la durée du mouvement préraphaélite, Rossetti et ses confrères ont subi des critiques virulentes. Nombre de journalistes et hommes de lettres les ont accusé de ne représenter que le laid, d’être obscène, vulgaire, d’être efféminé, ou de promouvoir par leurs travaux une mollesse morbide et maladive. Pour autant, ces critiques sont-elles dues à une réelle obscénité de la part des Préraphaélites? Comparativement, leurs peintures représentent moins de nus que d’autres mouvements plus classiques; leur poésie, à l’exception peut-être de Swinburne, est évocatrice, mais pas forcément explicite.
Pourquoi donc ces critiques? La réponse est à mon avis à chercher du côté de la vision préraphaélite du corps. Au lieu de l’idéaliser ou de l’invisibiliser (ce qui revient plus ou moins au même), Rossetti et ses confrères en font le fondement de leur pratique artistique: le corps est le lieu de l’incarnation et de la présence au monde de la vie, et le moyen le plus direct d’atteindre le monde. Ce qui aux yeux de beaucoup semble vulgaire est donc le biais premier par lequel produire un art sincère, honnête et proche du réel, et le moyen de redonner à l’humain toute sa puissance d’existence.

Call for Papers – Vulgarity in literature and the visual arts of the English-speaking world

French version below – Version PDF: CFP-OVALE 2018

Conference organised by the doctoral student research group OVALE – part of the VALE research group, EA4085, Sorbonne University. Paris, June, 2 2018.

Keynote speaker: Jonathon Green, slang lexicographer and author of Greens Dictionary of Slang

« thou claybrained guts, thou knotty-pated fool, thou whoreson, obscene, greasy tallow- catch » Shakespeare, Henri IV, I (I,4)

With these colourful words, Shakespeare conjures up his most accomplished comic character. A figure of garish excess in both body and language, the larger-than-life Falstaff is a unique literary creation. In him, vulgarity is not only given prime position but posterity in the world of belles-lettres. The representation of vulgarity remains nonetheless a polemical choice. Time and again, the vulgar has been suspected of a
sensationalist agenda or of compromising quality. However, for a number of thinkers and literary critics, it is a legitimate attempt to capture the vitality of life through language. This only exemplifies the notional ambivalence of the term and the tension at the heart of its definition: between inclusion and exclusion, between what is common, oral, shared by all (vulgar tongue) and what is cheap, in bad taste and unrefined. This conference therefore aims to map and confront the various uses and forms of the vulgar in the literature and the arts of the English-speaking world.

Proposals may consider (but are not restricted to) the diegetic representation of the vulgar and reflection on what makes a vulgar character. This could summon ideas of the stereotypical nouveau riche (the vulgarian), whose previous lower social class is made only too obvious by his or her ostentatious and excessive behaviour, which makes him or her the butt of jokes on the part of the Establishment. At the other end of the spectrum, the character of the hoi polloi can also become an object of aesthetic fascination (think Eliza Doolittle in G.B. Shaw’s Pygmalion). Social characteristics that are perceived or represented as “vulgar” may change according to historical (think of the nationalist clash between Saxon vigour and French refinement in Walter Scott’s Invahoe)
or geographical contexts (the opposition between Europe and the United Stated in The Ambassadors by Henry James, or The Buccaneers by Edith Wharton). Particular attention may also be paid to the different idiolects capable of conveying this “vulgarity”.

The linguistic dimension of the notion equally calls for a reflection on the poetic fertility of the vulgar tongue. What does the inclusion in texts of this oral, ordinary, popular language create? The use of slang, dialects or various accents can be regarded as an active fight against the ossification of the written word (e.g. Huckleberry Finn’s verbal irreverence, or Robert Burns’ Scot language); but it can also mark a loss of vitality compared to ever-changing unwritten language. The struggle against established language invites us to examine the role of so-called vernacular languages in postcolonial literatures. Does the “vernacularisation” of English subvert the linguistic norm, create a poetical, multifaceted idiom, or simply an exotic effect ? How does “standard English” include other languages in its discourse?

Finally, proposals may focus on a more specifically aesthetic and generic perspective. There are vulgar genres in literature (vulgar comedy, sensation novels, airport novels, crime or sentimental fiction, etc.) and the visual arts (the hierarchy of the genres was theorized in the 17th century). The codes associated with such genres (obscenity, sentimentalism, pornography, etc.) often discredit objects that would otherwise be considered legitimate. But these codes and genres, being excluded from high-brow culture can nevertheless be inspiringly reclaimed (calling to mind camp or trash aesthetics, or Hogarth’s promotion of the English school though the re-evaluation of minor genres such as satire and caricature).

Proposals for other papers dealing with how literature or the visual arts relate to philosophy, sociology or linguistics will be welcomed.

Submission Deadline: March 7.
Please send a 300-word abstract (for a 20-minute presentation) with a short biobibliography to the following address: laboratoire.ovale@gmail.com.
Notification of acceptance: March 28.

Bibliography:
BERNSTEIN, Susan D., MICHIE, Elsie B.(eds). Victorian Vulgarity: Taste in Verbal and Visual Culture, Farnham, Ashgate, 2009.
BRADSHAW David, POTTER Rachel (eds.). Prudes on the Prowl, Fiction and Obscenity in England, 1850 to the Present Day, Oxford University Press, Oxford, 2013.
GREEN, Jonathon. The Vulgar Tongue: Green’s History of Slang, Oxford University Press, Oxford, 2015; Green’s Dictionary of Slang (3 vol.), London, Chambers, 2010 (also online).
HUXLEY, Aldous. “Vulgarity in Literature” (1930), in Music at Night, Chatto and Windus, London, 1949.
LEWIS C.S. Studies in Words, Cambridge University Press, Cambridge, 1960.
RUSKIN, John. « Of Vulgarity » in The Complete Works of John Ruskin, Crowell & Co, New York, 1900.
SONTAG, Susan. “Notes on ‘Camp’” (1964), in Against Interpretation and Other Essays, Farrar, Straus and Giroux, New York, 1966.

A more detailed bibliography is available on OVALE’s research blog:
http://ovale.hypotheses.org/ovale-2017-2018

Key Information and Contact:
– This conference is open to all.
– The selection committee is composed of Charlotte Arnautou, Marianne Hillion and Clara Manco, doctoral students and head members of OVALE, as well as Professors Élisabeth Angel-Perez, Frédéric Regard and Alexis Tadié.
– Some of the papers will be published on VALE’s online journal Sillages Critiques.
– The conference will take place at the Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, 75006 Paris).
– Contact: laboratoire.ovale@gmail.com

URL reference :
http://ovale.hypotheses.org
http://www.vale.paris-sorbonne.fr/FR/Page_OVALE.php

————————-

APPEL À COMMUNICATIONS

Le vulgaire dans la littérature et les arts visuels du monde anglophone

2 juin 2018 – JOURNÉE D’ÉTUDES

Journée d’études organisée par le laboratoire doctoral OVALE – rattaché au laboratoire VALE EA4085, Université Paris-Sorbonne.

Invité d’honneur : Jonathon Green, lexicographe de l’argot et auteur de Greens Dictionary of Slang

« thou claybrained guts, thou knotty-pated fool, thou whoreson, obscene, greasy tallow- catch » Shakespeare, Henri IV, I (I,4)

   Dans ces qualificatifs pittoresques prend corps le personnage comique de Shakespeare le plus abouti. Portrait de l’excès criard dans son corps comme dans sa langue, le truculent Falstaff est une création littéraire unique. Avec lui, le vulgaire se fait une place de choix dans les belles-lettres, qui, en retour, lui assurent une postérité durable. Pour autant, la question du bien-fondé de sa représentation ne cesse de se poser. Soupçonné d’être racoleur ou de s’adosser à une qualité frelatée, le vulgaire est source de fantasmes  pour un certain nombre de théoriciens et critiques littéraires de l’époque moderne. Pour d’autres, au contraire, il est une tentative légitime de saisir la vitalité du réel, par le langage. Ainsi, se rejoue sur la scène littéraire la dualité portée dans la notion même de vulgaire, travaillée par une tension entre inclusion et exclusion, entre ce qui est commun, oral et partagé par le plus grand nombre (telle la langue vernaculaire / vulgar tongue) et ce qui est bas, de mauvais goût, ce qui s’oppose au raffiné. Cette journée d’étude se propose de cartographier et de confronter des usages et des formes du vulgaire dans la littérature et les arts du monde anglophone.

On pourrait, dans un premier temps, aborder le vulgaire par le biais de sa représentation diégétique : qu’est-ce qu’un personnage vulgaire ? On peut penser, par exemple, au stéréotype du nouveau riche qui trahit son extraction sociale par son ostentation et son excès et devient ainsi source de ridicule pour l’élite installée. Au contraire le personnage du vulgum pecus peut devenir un enjeu de fascination esthétique (comme Eliza Doolittle dans Pygmalion de G. B. Shaw). Les caractéristiques des classes perçues ou représentées comme « vulgaires » évoluent selon les contextes historiques (opposition nationaliste entre vigueur saxonne et raffinement français dans Ivanhoe de Walter Scott) ou géographiques (opposition entre Europe et Etats-Unis dans Les Ambassadeurs de Henry James ou Les Boucanières d’Edith Wharton), et invitent à se demander si, en ce sens, la vulgarité n’est pas une notion fondamentalement européenne. On prêtera une attention toute particulière aux idiolectes caractéristiques de cette « vulgarité ».

   Plus largement, la dimension linguistique de la notion nous invite à réfléchir à la fécondité poétique de la langue vulgaire. Que crée l’inscription de cette langue orale, ordinaire et populaire dans le texte ? Si l’usage de l’argot, de dialectes ou d’accents divers donne une plus grande vivacité au texte littéraire (pensons au verbe irrévérencieux de Huckleberry Finn chez Mark Twain, à la langue scots de Robert Burns), certains y voient non une résistance à l’ossification du langage mais un risque de dévitalisation de cette langue mouvante. La lutte contre le langage institué nous renvoie aussi à la place des langues dites vernaculaires dans les littératures postcoloniales, souvent créées dans un contexte multilingue. On pourra se demander si « vernaculariser » l’anglais signifie retourner la langue contre elle-même, créer un idiome poétique pluriel, ou bien créer un effet d’exotisme. Comment l’anglais « standard » fait-il place à d’autres langues en son sein ?

   Enfin, émerge une perspective plus spécifiquement esthétique et générique. D’une part il est des genres dits vulgaires en littérature (romans de gares, policiers, à l’eau de rose, feuilletons à sensations) et dans les arts visuels (hiérarchie des genres théorisée au XVIIe siècle); d’autre part les codes associés à de tels genres (obscénité, sentimentalité jugée excessive…) discréditent des objets autrement légitimes. Ces genres et ces codes exclus de la culture noble peuvent néanmoins faire l’objet de récupérations esthétiques fécondes (on pense à l’esthétique trash ou camp, ou bien à Hogarth et sa promotion de l’école anglaise à travers la reconnaissance de genres mineurs comme la satire ou la caricature).

Les approches de la littérature et des arts visuels puisant dans d’autres disciplines (philosophie, sociologie, linguistique/lexicologique …) seront particulièrement appréciées.

Date limite d’envoi des propositions : 7 mars
Les propositions (300 mots maximum), en français ou en anglais, accompagnées d’une courte notice biobibliographique devront être adressées à l’adresse e-mail suivante : laboratoire.ovale@gmail.com. Durée des communications : 20 minutes
Date limite de réponse: à partir du 28 mars

Bibliographie :
BERNSTEIN, Susan D., MICHIE, Elsie B.(eds). Victorian Vulgarity: Taste in Verbal and Visual Culture, Farnham, Ashgate, 2009.
BRADSHAW David, POTTER Rachel (eds.). Prudes on the Prowl, Fiction and Obscenity in England, 1850 to the Present Day, Oxford University Press, Oxford, 2013.
GREEN, Jonathon. The Vulgar Tongue: Green’s History of Slang, Oxford University Press, Oxford, 2015.
HUXLEY, Aldous. “Vulgarity in Literature” (1930), in Music at Night, Chatto and Windus, Londres, 1949.
LEWIS C.S. Studies in Words, Cambridge University Press, Cambridge, 1960.
RUSKIN, John. « Of Vulgarity » in The Complete Works of John Ruskin, Crowell & Co, New York, 1900.
SONTAG, Susan. “Notes on ‘Camp’” (1964), in Against Interpretation and Other Essays, Farrar, Straus and Giroux, New York, 1966.

Une bibliographie plus fournie est disponible ici: http://ovale.hypotheses.org/ovale-2017-2018

Modalités et contact :
– La journée est ouverte à tous.
– Le comité de sélection est composé de Charlotte Arnautou, Marianne Hillion et Clara Manco, doctorantes membres du bureau d’OVALE, ainsi que des Professeurs Élisabeth Angel-Perez, Frédéric Regard et Alexis Tadié.
– Une partie des communications fera l’objet d’une publication dans la revue en ligne de VALE Sillages Critiques.
– La journée se déroulera à la Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne (28 rue Serpente, 75006 Paris).
– Contact : laboratoire.ovale@gmail.com

URL de référence:
http://ovale.hypotheses.org
http://www.vale.paris-sorbonne.fr/FR/Page_OVALE.php

Séance du 22 janvier: WORKSHOP, « Traduire l’argot : l’exemple de A Jovial Crew », Paule Desmoulières

Ce mois-ci, la séance sera un peu particulière, puisqu’il s’agira d’un atelier participatif. Paule DESMOULIÈRE, du laboratoire OBVIL, viendra nous présenter un travail de traduction de plusieurs années sur la pièce A Jovial Crew. Le plaisir de la pièce étant largement fondé sur la richesse et la truculence de son argot, les questions de traduction y sont particulières, épineuses et passionnantes.

Lors de la séance du séminaire OVALE, je proposerai quelques réflexions sur mon travail de traduction de A Jovial Crew de Richard Brome (1641). Je viens de finir de réviser cette traduction, qui doit paraître prochainement avec un commentaire d’Athina Efstathiou-Lavabre. Cette pièce, la dernière de l’auteur, fut jouée pour la première fois en 1641 par la « King and Queen’s Young Company » du Cockpit Theatre. C’est une des dernières pièces anglaises représentées avant la parenthèse cromwellienne et elle devint célèbre à la Restauration par le biais de son adaptation musicale, la source du fameux Beggar’s Opera de John Gay (1728).

La pièce raconte l’histoire d’un hobereau de campagne, de sa famille et d’une troupe de mendiants (le « Jovial Crew » qui donne son titre à la pièce). Les deux filles du gentilhomme se travestissent en mendiantes et rejoignent la troupe avec leurs fiancés, tous accompagnés par l’intendant de la maisonnée, qui est fasciné par le mode de vie des vagabonds.

Pendant la séance, j’évoquerai les questionnements et les difficultés rencontrés lors de la traduction, notamment lorsque j’ai abordé la variété des mètres, les chansons, mais également les jeux de mots (par exemple dans les noms des personnages) et surtout le «cant », le jargon des mendiants. Je ferai référence aux dictionnaires utilisés pour cet argot, même si je ne me suis pas tenue strictement à un type d’argot. Pour préparer la séance, je propose à ceux qui seront présents de réfléchir à des problèmes de traductions similaires rencontrés lors de leurs propres travaux, notamment sur la question des argots et jargons professionnels, ce qui nous permettra d’avoir un échange sur les diverses stratégies adoptées. »

Séance du 11 décembre: « Wild and Untamed Thing », Exploring the Subversive Potential of Camp Aesthetics in The Rocky Horror Picture Show (1975)

The third OVALE session is dedicated to Anouk Bottero’s exploration of the suvbersive potential of camp aesthetics in The Rocky Horror Picture Show.
(you’ll find links to video clips of the film and to Susan Sontag’s « Notes on Camp » below)

In this presentation, we propose to explore the Camp aesthetics of The Rocky Horror Picture Show, a 1975 film parody of musicals and teen horror films that was initially met with indifference, but later managed to garner a “cult following” which transformed a commercial disaster into one of the most successful and longest-running films of all times. In her 1964 essay, “Notes on Camp”, Susan Sontag describes camp as a form of modern sophistication that has acquired a “cult” name, and that relies on “the love of the unnatural: of artifice and exaggeration.” She adds: “The new-style dandy, the lover of Camp, appreciates vulgarity.” Replete with scenes of depravity, in which an extraterrestrial “sweet transvestite” gone mad scientist (Frank’N’Furter) and his fellow revellers strut around in fishnets and corrupt the innocent and naive Brad Majors and Janet Weiss, The Rocky Horror Picture Show indeed stylizes vulgarity and bad taste, and subverts the “good taste” embodied by the two prudish, middle-class sweethearts. The film’s parodic origins also aim at deconstructing the conventions structuring the genre of the musical, the same way the rituals accompanying the screenings of Rocky Horror point to an unprecedented involvement of the audience of the viewing process. In that perspective, Rocky Horror follows Sontag’s definition of Camp as “a different—a supplementary—set of standards.” However, the ending of the film, which seems to assert that “meaning” must be found again and that “society must be protected,” questions the subversive potential of Camp, and asks whether Rocky Horror can still be considered a “wild and untamed” film.

Séance du 13 novembre – « Laughter of the old kind will never be heard again »

Ce lundi 13 novembre, Olivier Hercend nous parle du corps et du rire chez Joyce, voici un aperçu de sa présentation:

Ovale

Ce carnet est destiné à rendre compte du travail de recherche collectif et individuel des doctorants anglicistes de Paris IV. Il s’agit d’un cahier partagé par les membres du laboratoire junior rattaché à VALE (ED4 EA4085). Il est animé par un bureau de trois membres élu chaque année et structuré autour d’une thématique annuelle choisie par les doctorants. Ce carnet est conçu comme un prolongement du séminaire mensuel d’une heure et demie et de la journée d’études annuelle. Il vise à créer un espace de contact entre les doctorants dispersés en France et dans le monde au gré de la recherche et de l’enseignement, mais aussi avec de simples curieux. Nous espérons qu’il serve à une meilleure diffusion de l’information: annonces de réunions, de publications, bilan des activités scientifiques communes, présentation de travaux en cours et calendrier des soutenances…