OVALE 2018-2019

(French version below)

The theme for this year’s seminar is “The Machine”. Our monthly meetings take place at the Maison de la Recherche (28, rue Serpente 75006 PARIS) (Room D224) from 6 to 7.30pm.

Schedule:

French version

Le thème de cette année (choisi lors de l’Assemblée Générale du 11 juin 2018) est “La Machine”. La réunion de rentrée d’OVALE a lieu le 15 octobre 2018 à la Maison de la Recherche de Sorbonne Université (28, rue Serpente 75006, salle D224, à 18h). Les séminaires mensuels se tiennent au même endroit.

Dates des réunions mensuelles:

TEXTE DE CADRAGE

Texte de cadrage – version longue

Le thème “la machine” retenu cette année pour notre séminaire d’Ovale permet de faire dialoguer la science et la littérature. En effet, il semble difficile de penser la machine en dehors du contexte des évolutions scientifiques, depuis les inventions de la Renaissance et les machines volantes imaginées par Léonard de Vinci jusqu’aux robots ultra-performants du XXIe siècle qui envahissent les foires hi-tech , sans oublier bien sûr les locomotives à vapeur de la Révolution Industrielle et les usines fordistes des années 1930.
Si l’on suit la définition que propose Aristote dans Problèmes mécaniques, la machine est “ce qui nous aide à vaincre la nature dans notre propre intérêt.” De Turner à Chaplin, les machines ont nourri un imaginaire omniprésent dans la littérature et les arts anglophones, alors même qu’il ne nous est pas naturel d’associer spontanément la machine et l’esthétique, les engrenages de la mécanique et la créativité de l’artiste. Pourtant, les machines sont souvent indispensables à la production artistique et littéraire, si l’on pense par exemple à la machine à écrire ou à l’ordinateur, outils de l’écriture par excellence.
Les machines ont parfois même révolutionné les arts et leur réception. L’imprimerie, par exemple, a permis l’accès d’un très large public à la littérature, de même que les techniques de reproduction, qui permettent de produire des œuvres en série, que l’on pense aux gravures ou au mobilier, à la sculpture ou aux livres. L’invention de dispositifs optiques change également profondément la relation entre l’art et la machine : le cinéma ne peut se penser sans la caméra qui lui donne vie ; la photographie porte toujours la trace de l’appareil, de l’outil optique, de la machine qui a permis au photographe de prendre le cliché. La qualité des images ainsi produites s’améliore au gré des évolutions des techniques et des machines ; la couleur vient s’ajouter au noir et blanc, les films muets deviennent sonores, le mouvement se fait plus fluide, les effets spéciaux donnent vie aux créations les plus inventives.
Réfléchir à la machine amène aussi à remettre en question les oppositions traditionnelles entre l’art et la technique, et entre l’art et la science. Dans le langage quotidien, il est courant d’opposer la mécanique de la machine et la créativité, comme dans les expressions “faire les choses machinalement”, ou “des gestes mécaniques”, qui dénotent un manque d’âme et une froide distance scientifique difficilement conciliable avec l’œuvre d’art. Toutefois, force est de s’apercevoir que la technique est une forme d’art, et qu’il n’y a pas de création artistique sans technique.

BIBLIOGRAPHIE

Aristote, Problèmes mécaniques, Paris : Les Belles Lettres, 2017.
Benjamin, Walter, The Work of Art in the Age of Mechanical Reproduction (1936), Londres : Penguins Books, 2008.
Berghaus, Günter, “Futurism and the Technological Imagination Poised between Machine Cult and Machine Angst,” Futurism and the Technological Imagination, éd. Günther Berghaus, Amsterdam, New York : Rodopi, 2009, 1-40.
Blake, William, Songs of Innocence and Experience (1795), Londres : Tate, 2006.
Breton, André, Manifeste du Surréalisme (1924), Paris : Gallimard, 2002.
Broeckmann, Andreas, Machine Art in the Twentieth Century, Cambridge, Mass. : the MIT Press, 2016. Chaplin, Charlie, Modern Times, 1936.
Corngold, Stanley, et Benno Wagner. Franz Kafka: The Ghosts in the Machine, Evanston, Ill. : Northwestern University Press, 2011.
Haken, Hermann, Uno Svedin et Anders Karlqvist, The Machine as Metaphor and Tool. Berlin, New York : Springer, 1993.
Hayles, N. Katherine, How We Become Posthuman: Virtual Bodies in Cybernetics, Literature, and Informatics, Chicago : University of Chicago Press, 1999.
Ihab Hassan, “Prometheus as Performer: Towards a Posthumanist Culture?” in Performance in Postmodem Culture, éds. Michael Benamou et Charles Caramella, Madison, WI : Coda Press, 1977. Ketabgian, Tamara, The Lives of Machines: The Industrial Imaginary in Victorian Literature and Culture, Ann Arbor : The University of Michigan Press, 2011.
Krzywkowski, Isabelle, Machines à écrire: littérature et technologies du XIXe au XXIe siècle, Grenoble : Ellug, 2011.
Lewis, Wyndham, Tarr (1918), Londres : Penguin Books, 1982.
Marinetti, F.T. Manifestes du Futurisme, (1909), Paris : Séguier, 1996.
Mikkonen, Kai, The Plot Machine: The French Novel and the Bachelor Machines in the Electric Years (1880-1914), Amsterdam : Rodopi, 2001.
Milner, Max, La Fantasmagorie, Paris : PUF, 1982.
Perloff, Marjorie, The Futurist Moment: Avant-Garde, Avant Guerre, and the Language of Rupture, Chicago : The University of Chicago Press, 1986.
Porush, David, “Beckett’s Deconstruction of the Machine in The “Lost Ones”” in L’Esprit Créateur, Vol. 26, No. 4, Machines in Textes, Texts as Machines ( Winter 1986), pp. 87-98.
Porush, David, The Soft Machine: Cybernetic Fiction, New York : Taylor & Francis, 2018.